L’Internet des Objets urbi et orbi

Avec un marché potentiel de plus de 150 millions de voitures non encore connectées, plus de 300 millions de compteurs (électriques ou aquatiques), plus de 400 000 hectares de vignobles et 45 millions de personnes prêtes à partager des produits et des services* rien qu’aux Etats-Unis, l’Internet des objets (IoT) est une réelle opportunité. C’est le constat que fait Verizon dans son rapport intitulé « State of the Market: Internet of Things 2016 », qui présente les résultats d’une étude commandée par Verizon à Oxford Economics.

La monétisation de la data est considérée comme le premier levier de valorisation de l’IoT mais 8% seulement des entreprises utilisent plus de 25% de leurs données IoT. Parmi les autres facteurs d’adoption de l’IoT figurent les nouvelles attentes des consommateurs, des outils simplifiés pour les développeurs et les nouvelles réglementations.

Dans l’article « Activating the Internet of things » publié dans le numéro de septembre de la revue Computer de l’IEEE, Roy Want de Google et Schahram Dustdar de Tu Wien conçoivent trois grandes familles d’opportunités avec l’IoT : les systèmes composés, les villes intelligentes et la conservation des ressources.

Les systèmes composés sont comme l’appellation le suggère des systèmes constitués par des myriades d’objets proches capables de mettre en œuvre des applications un peu à la manière de Web services sur Internet. Et qui peuvent être réorganisés pour de nouvelles applications.

Les villes intelligentes constitueront à l’évidence un champ d’applications quasi infini pour l’Internet des objets. Car tous les systèmes des villes pourront être optimisés et rendre un meilleur service grâce à l’IoT. De la régulation des feux de circulation à l’éclairage public en passant par la régulation du trafic, le stationnement des véhicules ou l’optimisation des bâtiments publics.

Enfin, la conservation des ressources s’inscrit parfaitement dans le cadre du développement durable et devrait permettre des autorisations importantes dans des domaines comme l’énergie ou l’eau. Tous les services que l’on appelle utilities Outre-Atlantique sont et seront de grands consommateurs de ces technologies pour optimiser et réduire la consommation des ressources.

Savoir monétiser les données

Le rapport de Verizon met l’accent sur cinq grandes tendances :

D’ici 3 à 5 ans, le consommateur moyen tirera plus de bénéfices de l’automatisation au quotidien en ayant la capacité d’interagir avec les applications IoT via une interface unique. 81% des organisations du secteur public qui adoptent l’IoT s’attendent à ce que les citoyens exigent de leur part de meilleurs services fondés sur la data et l’IoT.

Près de 50% des entreprises déclarent vouloir utiliser plus de 25% de leurs données disponibles d’ici à 2019. De la collecte de données descriptives, l’analytique va évoluer vers un modèle plus sophistiqué d’analyse prédictive et prescriptive. La volonté des entreprises d’extraire des informations pertinentes pour le bénéfice de leurs clients à partir de champs de données conduira à un changement de paradigme depuis le Big Data vers de l’expertise plus pointue.

L’émergence de nouvelles réglementations continuera d’inciter des partenaires de l’écosystème à définir plus rapidement et ensemble les futurs standards de l’industrie. Par exemple : le cas de la législation américaine de traçabilité des médicaments, le Drug Supply Chain Act, qui donne aux fabricants de médicaments jusqu’à fin 2017 pour se doter de systèmes de transfert électronique et de stockage de l’historique des transactions relatives à leurs médicaments sur ordonnance, y compris de suivi des colis à l’échelle de leur chaîne logistique et commerciale. Cette loi vise à lutter contre la contrefaçon de médicaments qui coûte 75 milliards de dollars par an à l’industrie selon l’Organisation mondiale de la santé.

La connectivité au réseau, les appareils à faible consommation d’énergie et les plateformes IoT vont démocratiser l’innovation en mettant davantage d’outils à la disposition des développeurs avec l’objectif d’aider les entreprises à faire passer leurs déploiements IoT de quelques millions à plusieurs milliards de connexions.

La 5G, la prochaine génération de la technologie sans fil, promet que les solutions autonomes, voitures ou robots, vont devenir réalité et qu’elles permettront d’envisager de nouvelles catégories d’usages, de réalité virtuelle et augmentée par exemple.

Le rapport souligne aussi que les entreprises se tournent vers les start-ups pour accélérer la croissance de leurs projets IoT. En 2015, les start-ups de l’IoT pour les entreprises ont levé 75% plus de fonds que les start-ups de l’IoT pour le grand public. Les experts de Verizon estiment qu’en 2016 les start-ups de l’IoT pour les entreprises obtiendront deux à trois fois plus de financement que leurs homologues de l’IoT pour le grand public.

Retour à l'accueil