Mark Zuckerberg se projette dans 10 ans avec Facebook F8

A l’occasion de la conférence F8 destiné aux développeurs qui vient de se tenir à San Francisco, Mark Zuckerberg s’est projeté dans la prochaine décennie.

L’exercice est bien périlleux car dix ans dans les technologies constituent une éternité mais Mark Zuckerberg s’est prêté à l’exercice en imaginant ce que sera Facebook en 2026. Les Bots – assistants intelligents – la réalité virtuelle, la vidéo en direct devraient être des outils du quotidien à cette horizon changeant radicalement les relations entre les individus mais aussi entre les humains et les machines. Les assistants intelligents devraient devenir courant et faciliter notre manière de communiquer avec les machines. Lors de la conférence Build qui s’est tenue le mois dernier également à San Francisco (Build : Microsoft poursuit sa révolution), Satya Nadella, CEO de Microsoft, avait présenté aussi sa vision avec ce qu’il a appelé Conversation as a platform selon laquelle l’intelligence artificielle va être intégrée de plus en plus dans les applications via les chatbots (assistants virtuels).

Facebook permet aux entreprises de développer des assistants virtuels sur la plate-forme de communication mobile Messenger. Cela permettra aux utilisateurs d’interagir différemment qu’ils ne le font aujourd’hui par exemple pour connaître la météo ou pour faire des achats en ligne. A ce jour, plusieurs entreprises parmi lesquelles 1-800-Flowers.com, Burger King ou KLM ont déjà signé.

Ces assistants virtuels changeront radicalement l’interface homme/machine en utilisant le langage naturel et l’intelligence artificielle. Parmi exemple, de cliquer sur les bons liens pour aller à la bonne page et de taper les données pour connaître le résultat d’une question, l’utilisateur pourra la demander directement comme il le ferait à un agent.

La vidéo est présente depuis longtemps présente et largement utilisée sur le réseau social. Assez rapidement, elle devrait évoluer vers de la vidéo en direct. C’est donc un service différent qui sera proposé ais dont l’efficacité est aussi dans les revenus qu’elle pourra générer. Lors de la conférence, Mark Zuckerberg faisait remarquer que les internautes ont tendance à regarder les vidéo en direct plus longtemps que celles en différé et à les commenter beaucoup plus. Rappelons que l’objectif de Facebook, tout comme celui de Google, est de retenir les utilisateurs aussi longtemps que faire se peut sur sa plate-forme. Facebook va mettre à disposition des développeurs des outils leur permettant de diffuser de la vidéo en direct depuis n’importe système, y compris les drones.

L’intelligence artificielle et tout particulièrement le deep learning, on le sait, a fait de grand progrès dans le domaine de la reconnaissance des images et des formes. En 2007, Fei-Fei Li, responsable du programme Computer vision and machine learning du laboratoire d’IA de l’université de Stanford, a abandonné l’idée de programmer des ordinateurs afin qu’ils puissent reconnaître des objets et adopté une nouvelle approche consistant à compiler des millions d’images (triées, nettoyées, standardisées, classées…) auxquels un enfant de trois ans a été exposé depuis sa naissance. Aujourd’hui, elle a développé un système capable d’identifier les éléments visuels d’une image avec un assez haut niveau de précision (Les machines veulent apprendre à voir !).

Facebook travaille sur le même sujet et développe un logiciel capable de reconnaître à peu près n’importe sur une photo ou dans une vidéo. Cela permettra notamment d’améliorer significativement la recherche de documents. Combien de fois chercher nous un souvenir visuel sans pour autant l’associer à une date ou à un voyage. Grâce à l’IA ? L’utilisateur pourra par exemple lancer une rechercher sur le mot montage ou mer car c’est à peu près tout ce que son souvenir lui rappelle. Facebook n’a pas donné de date pour le lancement de ce nouveau service mais à laisser entendre qu’il pourrait intervenir prochainement. Google travaille également sur le sujet et à ouvert un service de ce type l’année dernière.

La réalité virtuelle existe depuis un bon moment mais reste d’une utilisation relativement confidentielle. Facebook propose deux casques d’immersion : Oculus Rift et Gear VR (développé avec Samsung). Les casques et les technologies ne sont pas encore très mûrs et la bibliothèque de jeux et de films disponibles est encore assez limitée. Mais pour Facebook, la réalité virtuelle devrait changer radicalement nos relations avec les autres. Le CTO de Facebook, Mike Schroepfer a proposé une démonstration dans une espace virtuel où les gens sont perçus comme des corps éclatés. Le groupe de recherche autour d’Oculus a présenté un dôme baptisé Panoptic dans lequel sont placé plus de 500 caméras qui permet d’étudier le langage du corps. Le mélange de la réalité virtuelle et des outils de communication pourraient ainsi donner l’impression à deux personnes distances d’être dans le même lieu.

Evidemment pour toutes ces activités, il faut avoir accès à Internet ce qui n’est pas le cas partout dans le monde. Toute comme Google, Facebook travaille à deux projets particuliers pour diffuser l’Internet Partout dans le monde. Le premier concerne les zones urbaines et vise à proposer une alternative à la fibre optique. Le second est de compresser les données sur les communications mobiles. Dans cette volonté d’extension de la connectivité, il y a dans le discours de Facebook une part d’action humanitaire mais qui ne doit pas faire oublier l’objectif du réseau social d’élargir sa zone de chalandise et de multiplier ainsi les cibles publicitaires.

Retour à l'accueil